• Destruction

     

    Destruction

     


    Image floue. Un rideau d'encre noire encadrant un visage. Blancheur de cire, froid comme la nuit, troué de deux billes de jais... Petite silhouette inquiétante flottant dans le dédale entêtant d'un couloir.

    Des voix, au milieu du brouillard. Des rires. Elle avance...cherche...remonte à la source du bourdonnement joyeux. S'arrête, pâle et sombre femme-enfant, en lévitation sur le seuil. Ils rient toujours, dans l'insouciance bestiale de leur gaîté aveugle. Pas un regard vers l'apparition. La fièvre obscure s'est déclenchée, quelque part, au fond d'elle. L e besoin absolu, impérieux. Tuer. Détruire la joie répugnante. Détruire l'insupportable énergie vitale de tous ces gens. Détruire la vie. L'arme semble sortie du néant. Revolver luisant comme un regard de fauve, disproportionné au bout du bras diaphane. Tuer. Dessiner de larges arabesques luisantes de vie fuyante sur les murs. Puis voir cette vie ce dessécher lentement, prendre des teintes d'antique velours sombre... Grande fresque onirique et tourmentée ; une forme d'art métaphysique...

    Quelques minutes... Quelques décennies...

    La vielle femme édentée lui sourit. Un pli nouveau dans l'enlacement séculaire des sillons de sa peau. Répugnante et belle à la fois. Rédemptrice...
    - Je comprends ton geste. Je comprends...
    Deux flammes noires s'attachent à son visage.
    - Merci...
    Elle se penche, embrasse avec reconnaissance le vieux parchemin fripé. Elle conserve son sourire dans un coin de sa conscience, sans lui rendre, précieusement, comme un don inestimable. Mais elle lui rendra pourtant dans le plus beau des cadeaux... Le revolver a soudain réapparu dans sa main, fidèle au désir. Un coup, un seul, sans même viser, et la tête éclate, laissant comme un fruit trop mûr échapper ses liqueurs onctueuses.

    Quelques minutes... Quelques décennies...
    Elle caresse d'un doigt léger la soie lisse et froide du miroir, suivant avec tendresse les contours de son visage. Petite machine à tuer aux trais de madone... Vierge de la mort, si jolie du fond de son ailleurs. Quelque chose passe une seconde sur la glace... l'ombre d'un sourire... Vierge de la mort... Beauté, angoisse et destruction...
    Une éclatante fleur pourpre étoile à présent le miroir et se fane lentement en longues traînées sanglantes.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Sakutei Profil de Sakutei
    Samedi 4 Juillet 2009 à 14:21
    Langoureux et irrépressible, se sont sans doute les deux impressions que j'ai retirées de la lecture ^^. Tout à la fois belle, fatale et terrible. Une tueuse froide dont on ressent toute la solitude.
    J'ai vraiment accroché ! C'est sombre et très pictural, j'aime beaucoup les jeux de couleurs, de chaleur et de reflets.
    Pourtant, pas de rage, pas de désespoir ou de vieillesse ennemie...c'est autre chose, c'est ailleurs.
    C'est envoutant !

    Je suis particulièrement charmé par son coté "mécanique"...comme une froide logique à l'oeuvre. Quand elle tue la vieille, c'est parfait ! Dénué de toute nuance mais pas de sentiments ou de sensibilité. Même si ce n'est pas accessible au commun des mortels.

    Une tueuse dont il ne faut jamais croiser la route, un point c'est tout. On ne peut pas être de son coté parce qu'elle n'est pas du notre :D.

    Voilà tout ce qui me vient sur le moment ^^.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :